Vous avez quelque chose à raconter. Le championnat régional remporté par votre association sportive, cette soirée culturelle, que vous avez organisée le week-end passé, la tenue de votre festival… Vous pouvez le relater sous forme de reportage. Sur votre Blog associatif, peut-être, dans votre journal… Vous avez affûté votre crayon, votre plume votre clavier d’ordinateur. Vos doigts sont chauffés à bloc. Voici quelques règles d’écriture journalistique susceptibles de vous aider dans la rédaction de votre joyau…

blog association

Le but du reportage

L’objectif d’un tel écrit, c’est bien sûr de créer un sentiment de proximité. De plonger le lecteur dans l’action. Pour cela, vous allez lui raconter une histoire. Une histoire dont il peut identifier des éléments familiers :

  • une personne de l’association qu’il pourrait éventuellement connaître
  • un lieu qu’il pourrait éventuellement connaître
  • Tout autre élément qu’il pourrait éventuellement connaître ou dont il pourrait se sentir proche

Votre boulot, c’est de rapprocher le lecteur, pas de l’éloigner. Vous veillerez donc à éradiquer de vos écrits tout le jargon interne de l’association. Si vous utilisez des termes que le lecteur lambda ne connaît pas, veillez à les expliquer directement. Personnellement, si je lis un reportage dans lequel on me bombarde de termes techniques, je commence par me sentir idiot et je stoppe la lecture. Je me dis « ok, ce n’est pas à moi que l’on parle ».

Parlez à tout le monde.

Choisissez un angle

Toute histoire doit être abordée via un angle. C’est grâce à ce dernier que vous allez plonger votre lecteur dans votre écrit. Ok, fort bien, me direz-vous. Mais nom d’un p’tit bonhome, qu’est-ce qu’un angle ? C’est un point de vue. Par exemple, vous pourriez parler de votre festival en parlant de  tous ces aspects techniques, mais ceci s’apparenterait rapidement à une liste sans grand intérêt. En revanche, si vous prenez un angle, un point de vue (par exemple, celui d’un bénévole festivalier qui aide au montage des scènes), vous en direz moins mais le rendu sera plus fort.

Un reportage sur votre festival abordé sous l’angle de votre bénévole festivalier, vous permet par exemple de relater sa journée type. Décrivez-le, faites-le parler, faites-le rencontrer vos lecteurs. Et ne confondez pas l’angle et le sujet. Le sujet, ici, c’est le montage des scènes. L’angle, c’est « la journée type d’un bénévole en amont du festival ». Vous auriez pu choisir un autre angle (exemple : les pros qui guident les bénévoles dans le montage des scènes, l’équipe mise en place pour ravitailler en boisson les bénévoles pendant le montage des scènes, les riverains qui voient les scènes se monter, etc.)

L’attaque du reportage

Commencer par une personne permet de créer immédiatement un lien entre vous et le lecteur. Comme dit précédemment, en suivant notre exemple, vous allez commencer par parler de Gabriel, votre bénévole. Ne mettez pas trop de personnes dans votre reportage, sans quoi votre lecteur s’y perdra. Et mettez de l’action. Il doit y avoir du mouvement. Ne restez pas sur des descriptions trop longues. Elles peuvent montrer votre style d’écriture, mais ne serviront qu’à satisfaire votre égo.

Profitez de l’attaque du reportage pour créer un suspense ! Mais apportez-y rapidement une réponse.

Le contenu du reportage

Parlez d’abord des acteurs. Si vous voulez absolument caser vos partenaires institutionnels, il n’y a pas le feu. Vos lecteurs s’identifieront bien entendu beaucoup plus facilement aux acteurs qu’à vos financeurs. Vous dévoilerez ces derniers au fil de votre texte, voire à la fin. Mais les placer au début est le meilleur moyen de faire fuir vos lecteurs.
Pour le reste, un seul mot d’ordre : réduisez.
Vous traquerez les phrases trop longues et les scinderez au besoin. Souvenez-vous, plus c’est court, plus ce sera percutant. De même, supprimez tous ce qui n’apporte rien à l’histoire. Coupez, coupez, coupez. Vous verrez que le fait d’enlever certaines phrases ne nuit pas au texte, bien au contraire ! Si votre texte peut s’en passer sans que son sens en pâtisse, n’ayez aucun remord !

Et bien sûr, illustrez votre reportage de visuels ! Écrire sur un Blog vous permettra de ne pas vous contenter que de photos, mais d’y insérer des vidéos.

Soignez votre chute

Vous pouvez boucler la boucle avec votre personnage de début. C’est un bon moyen de terminer votre récit. Dans tous les cas, utilisez une image forte pour finir. C’est sur cette image que restera le lecteur. Faites-lui une grosse impression ! Mais surtout, évitez de terminer par une leçon de morale, une moralité, un jugement. Et ne pensez pas à votre chute en arrivant à la fin de votre papier, pensez-là un peu en amont, si possible. Ceci vous permettra de tourner correctement le reste de votre texte 🙂

 

Le mot de la fin : écrire un reportage est un bon moyen pour toucher vos lecteurs sur les actions de votre association. Ceci vous permettra de créer un lien humain entre vos acteurs et vos lecteurs, et de les faire plonger dans le quotidien de votre structure… Pensez-y !

 

Creative Commons License photo credit: Pierre Guinoiseau

By | 2017-10-27T13:48:56+00:00 14 février, 2012|Principes clefs|

About the Author:

One Comment

  1. Ivana Alojz 17 novembre 2014 at 10 h 44 min - Reply

    can anyone help me to achieve un reportage sur les energies renouvlables et le delopement durenble in french Merci bcp

C'est à vous !