Votre association a un projet en vue. Quelque chose qu’elle souhaite réaliser mais pour lequel il lui manque de l’argent. En plus du Mécénat, des subventions, de la vente de produits, elle peut se tourner vers le Crowd-Funding. Qu’est-ce qui se cache derrière ce terme barbare ? Une source de financement alternative

La plateforme de Crowd-FUNDING uLULE

Le financement par la foule

Crowd = foule
Funding = financement.
Le Crowd-Funding est donc le financement par la foule. D’accord. Mais comment ça marche ? Comment se fait-on financer par la foule ?

Ulule est le nom d’un site web permettant de mettre en place un Crowd-Funding. Et il n’est pas le seul à exister. En français, vous avez aussi kisskissbankbank. Pour l’exemple, nous prendrons Ulule. D’ailleurs, son slogan n’est-il pas : « Make good things happen! » (Donnez vie aux bonnes idées !)

D’accord. J’en viens au fait. Le Crowd-Funding sert à collecter de l’argent dans un seul et même but: la réalisation d’un projet. Mais qui va donner ? Vous, moi, eux, nous, les autres, ceux que vous connaissez, ceux que vous ne connaissez pas… Bref, toutes les personnes qui vont passer sur le site, voir votre projet et votre appel à financement, et y être sensibles.

Mais attention toutefois. Comme le rappelle Ulule « Le crowdfunding, ce n’est pas un don désintéressé, il ne s’agit pas d’action caritative (parfois si, mais seulement dans certains cas). L’internaute qui donne n’est pas seulement souscripteur, il devient prescripteur car il a le pouvoir de porter à son tour le projet, il interagit sur la notoriété, la visibilité et la crédibilité du projet ainsi que la réputation du porteur. »

Oulà. Il est temps d’analyser la mécanique d’un peu plus près…

Ulule, comment ça marche ?

Vous vous inscrivez sur Ulule (ou un site de Crowd-Funding de votre choix), pour commencer. Vous créez une page pour votre projet. Vous le décrivez, vous y mettez vos tripes pour donner envie aux gens de le soutenir. Vous ajoutez des visuels, photos vidéos (surtout de la vidéo…). Vous êtes transparents. Et vous définissez la somme dont vous avez besoin et à quoi elle va servir. Puis le temps pendant lequel votre appel va durer (1 mois, par exemple). Aux internautes qui vont donner, vous proposez des avantages. Par exemple, si vous financez le prochain disque de votre association musicale, vous allez peut-être dire :

  • J’offre un exemplaire du CD + entrée gratuite au concert de lancement, à ceux qui font un don de + de 50€.
  • J’offre une entrée gratuite à ceux qui donnent entre 40 et 50€
  • J’offre un CD à ceux qui donnent entre 30 et 40 €.
  • Etc.

Ensuite ? On attaque la communication. Évidement, pourquoi donc croyez-vous que je parle du Crowd-Funding sur Comm Asso ? Vous diffusez votre page Ulule partout. Sur vos réseaux sociaux, sur toutes vos listes mails de contact, sur tous les supports possibles. Absolument partout. Et vous demandez à vos amis et adhérents de transférer au maximum.

A la date limite de financement, c’est très simple. Soit vous avez atteint la somme escomptée, auquel cas vous la gardez (vous en refilez tout de même 5% à Ulule…), soit vous ne l’avez pas atteinte, auquel cas chaque donateur récupère son argent. Pour repartir avec l’argent nécessaire au projet, vous devez donc l’obtenir dans sa totalité (ou dépasser le montant !).

Mais bien entendu, pour atteindre votre objectif de financement de votre projet, il vous faudra conquérir successivement 3 cercles de donneurs potentiels.

En premier lieu, votre cercle le plus proche. La famille, les amis, les adhérents. Ensuite, les amis d’amis, les amis d’adhérents, les amis de la famille… Puis les illustres inconnus. Ulule vous explique comment les toucher dans cet article. Et c’est précisément pour cela que le Crowd-Funding rejoint la démarche de communication. Il peut, outre financer vos projets, vous faire connaitre un peu plus et vous ramener de nouveaux membres…

 

Est-ce une source de financement crédible ?

Bien sûr, c’est LA question que vous vous posez. Vous vous dites peut-être que seuls les gens qui connaissent votre association participeront peut-être à cet appel au don. Détrompez-vous. Si vous décrivez votre projet avec passion, si vous savez faire ressortir en quoi il est innovant, en quoi c’est une bonne idée, vous avez vos chances de toucher plus large. Et si vous savez mettre en avant les petits cadeaux que vous ferez aux donateurs, vous gagnez des points. Enfin, les gens qui donneront voudront être tenus au courant de l’avancée de votre projet. Ne les décevez pas. C’est un devoir et c’est la moindre des choses que de les tenir informés. D’ailleurs, voici quelques conseils pour réussir son projet de Crowd-Funding.

Ici, l’association « Silence, on court » twittait à sa communauté 3 jours avant la fin de sa collecte :

 

Leur projet a été financé… http://fr.ulule.com/festival-silence/

Toujours sceptiques ? Cliquez ici pour voir les projets associatifs financés grâce à Ulule  (Le sprojets financés ont une icône d’oeuf tout vert..)

Et sur Kisskissbankbank, jetez donc un œil à cette page, pour voir les projets associatifs financés par la foule !

 

Le mot de la fin : Ne comptez bien sûr pas sur Ulule comme unique financement de votre projet… Le taux de réussite de financement concerne 55% des projets proposés. Pour le reste, que dire sinon… A tester !

 

Hop, le p’tit sondage qui va bien !

Et vous, avez-vous déjà utilisé une plateforme de financement participatif pour votre association ?

View Results

Loading ... Loading ...
By | 2017-10-27T13:48:57+00:00 23 novembre, 2011|Outils web, Principes clefs|

About the Author:

9 Comments

  1. Partasso 23 novembre 2011 at 12 h 31 min - Reply

    C’est clairement intéressant. En tout cas le business model d’Ulule est bien pensé puisque ce sont les porteurs de projet qui vont faire toute la com’ du site pour eux… Et le fait de tout perdre si le seuil n’est pas atteint pousse les porteurs de projet à y aller franchement gaiement dans leur réseau. 
    Ca peut être une source complémentaire de financement sur des petits projets innovants, qu’on veut tester, mais à mon avis ça ne financera jamais les coûts de fonctionnement des associations, surtout les grosses. 
    Intéressant en tous les cas

    • Sébastien - Comm Asso ! 25 novembre 2011 at 7 h 15 min - Reply

      Effectivement, le business modèle d’Ulule est bien pensé, et bien entendu, il n’est pas question de financer le cout de fonctionnement d’une association avec ce site. Comme dit au tout début de l’article, il s’agit d’une source de financement pouvant être utilisée en complément des autres. Sur de petits projets ponctuels, donc, tel que tu le précise dans ton commentaire 🙂
      Un site de Crowd funding n’est rien d’autre qu’un outil permettant de recueillir de l’argent via Internet. Il peut s integrer dans une demarche de communication, en tant qu’outil, mais il ne peut se suffire a lui-meme. 
      Cela ne dispense donc pas la structure d’effectuer la communication du projet qu’elle entend financer…
      Merci pour ton commentaire !

      • Alix Ulule 29 novembre 2011 at 17 h 43 min

        Hello ici Ulule,

        Merci beaucoup pour cet article et pour ces précisions, nous n’aurions pas mieux dit nous-mêmes !

        Bonne journée et à bientôt sur Ulule !

      • Sébastien - Comm Asso ! 6 décembre 2011 at 7 h 41 min

        Tiens, vous ici 🙂 Bonjour Ulule et bienvenue sur Comm Asso !

  2. NGA EBEDE Julien 19 juillet 2014 at 16 h 21 min - Reply

    Merci de cette opportunité que vous donnez aux associations pour pouvoir communiquer et réussir dans la réalisation des projets.

  3. Bellan 19 septembre 2014 at 12 h 49 min - Reply

    Désolé de vous décevoir, j’ai soumis à plusieurs reprises un projet béton, c’est-à-dire passé au crible et approuvé par les experts du Pole emploi, sur trois plateformes de crowdfunding, à plusieurs mois d’intervalle. Malgré une présentation soignée, copier collé d’une campagne soi-disant réussie, à chaque fois il a été re-toqué. Les réponses étaient toujours les mêmes à quelques variantes près. Il faut revoir votre projet, avez-vous suffisamment d’ami ? Vous n’avez pas de compte facebook . N’oubliez pas que 50% des sommes que vous réclamez doivent vous être donné par vos parents, vos amis !

    J’ai fini par douter. En effet, nombre de projet bien plus farfelues, pour lequel personne ne risquerait 1 euro, pilules sur ces sites et sont étrangement financés. Par ailleurs, pourquoi demander à mes amis de passer par une plateforme de crowdfunding pour financer mon projet ? Ne peuvent-ils pas me donner l’argent directement ? À l’origine, le principe du crowdfunding est le financement par la foule. Que vient faire dans cette histoire le cercle des proches ? Je trouve cela bien étrange, que se cache-t-il derrière ces plateformes ? Collecte masquée de fonds spéculatif au profit des banques ? Non, sinon tous les projets serait accepté. Alors plus grave encore, blanchiment organisé sous couvert de projet imaginaire porté par des « fourmis soldats». Là encore nous somme dans le roman, mais je me pose la question ?

    • Sébastien - Comm Asso 23 septembre 2014 at 10 h 17 min - Reply

      Bonjour, je suis sincèrement navré que votre projet ne se soit pas financé. C’est effectivement le cas de 45% des projets proposés, comme il est indiqué en bas de l’article dans le mot de la fin. Au sujet des cercles, toutes les plates formes de Crowdfunding fonctionnent sur ce principe. Il faut bien comprendre que ces plateformes consistent à vous permettre de présenter votre projet en ligne et de donner un système permettant de récolter de l’argent. En aucun cas Ulule et autres KissKissBankBank ne s’engagent à trouver vos financeurs.

      Les cercles sont donc indispensables, le cercle de proches étant le premier cercle que vous pouvez toucher et motiver pour partager votre page. SI Ulule vous conseille d’être présent sur Facebook, c’est que pour que votre projet circule, les réseaux sociaux sont votre arme principale. Si vous ne relayez pas sur un réseau social, vous vous privez d’un potentiel de diffusion et donc de toucher des financeurs autres que vos propres connaissances. Facebook étant le réseau social n°1 en France, c’est la raison pour laquelle Ulule vous conseille d’y être présent.

      En bref, avoir un projet béton ne suffit pas. Pour qu’un projet soit financé sur une plateforme de Crowdfunding, il faut avoir pensé sa stratégie de diffusion en amont. Sans cela, rien n’est effectivement possible.

      Nous essaierons de publier sur Comm Asso des interviews d’associations qui ont réussi à financer un ou plusieurs projets via des plateformes de Crowdfunding. Ceci pourra vous aiguiller sur les conseils et bonnes pratiques à prendre en considération.

      Sébastien.

      Sébastien.

  4. Yvon 21 janvier 2015 at 21 h 41 min - Reply

    Bellan, moi aussi, j’ai proposé à Ulule un projet bien présenté, créatif, innovant (il y a peu de structures comme celle que je propose) et communautaire (beaucoup de gens sont concernés et s’intéressent à ce domaine) et …réponse négative, sous des prétextes assez étonnants et subjectifs. Je leur ai demandé des explications. J’attends leur réponse mais le doute s’est installé pour moi aussi sur cette plate-forme qui aide à financer des projets quelques fois très farfelus où moi même je n’aurais pas mis 1 €. Je vous tiens au courant de la suite 😉

C'est à vous !