Google+, le réseau social de Google, reste un terrain où les associations s’aventurent peu. Pourtant, ce réseau comporte bel et bien des avantages… Mais le jeu en vaut-il la chandelle ? Devriez-vous utiliser Google+ pour votre asso ? Voici quelques éclaircissements.

 Google+ alt Que peut faire Google+ pour votre association ?

Tour d’horizon de Google+

Quelques clics suffisent pour faire partie de ce réseau social. Première étape ? Créer un compte sur Google.

Une fois votre compte créé , (compte qui vous donne accès à tous les services Google dont la messagerie Gmail), vous devez commencer par créer un profil personnel sur Google+.

A partir de là, vous pourrez créer des communautés (à peu près équivalent des groupes Facebook) et des pages pour votre association. Les communautés sont davantage dédiées à la communication interne. Les pages sont davantage dédiées à la communication externe.

La question qui se pose souvent est celle-ci : pourquoi mon asso devrait-elle être sur Google+, alors que nous sommes déjà sur Facebook ? Bonne question. Et je ne dis pas que vous devriez forcément être sur Google+. Comme toujours, l’outil dépend de vos besoins, de vos objectifs, de votre stratégie.

Sachez avant tout que l’intérêt de Google+… Ne réside pas dans Google+. Non ! L’intérêt réside dans Google himself. Car Google+ n’est qu’un des multiples services de Google. Et la grande force de ce dernier est précisément de pouvoir regrouper ses services et créer des passerelles entre eux.

Parce qu’en étant sur Google+, votre asso peut utiliser tous les outils mis à disposition par Google (Google Drive, Youtube…), et en faire profiter sa communauté.

Et alors, est-ce si intéressant ?

 

3 bonnes raisons d’être sur Google+

matchbox 203 am Que peut faire Google+ pour votre association ?

Être sur ce réseau peut être intéressant pour au moins 3 raisons.

  • Premièrement, Google+ vous fait disposer d’un espace de travail collaboratif. Vous pouvez utiliser Google Drive et ainsi travailler sur des documents à plusieurs, les partager, les échanger facilement.
  • Deuxièmement, vous disposez de l’outil « Hangout », formidable outil de diffusion de vidéo en direct. Gratuitement, vous pouvez créer une conférence et la diffuser en direct sur Youtube, en utilisant la webcam de votre ordinateur. Ah oui, c’est que Youtube appartient à Google… Et vous pouvez même enregistrer cette conférence en direct, pour ceux qui ne pourraient y assister. Cette histoire de Hangout devrait donner de bonnes idées aux plus créatifs d’entre vous (voir aussi l’article « l’avenir des réseaux sociaux, cette fonction qui fait son trou« ).
  • Troisièmement, une page Google+ pour votre association peut considérablement améliorer le référencement de cette dernière. C’est à dire sa position dans le moteur de recherche Google… Évident. Puisque Google+ appartient à Google.

 

Et la tribu dans tout ça ?

Il est vrai que les 3 raisons citées ci-dessus ne parlent pas de la tribu. De votre communauté on-line. Si vous avez une page Facebook, peut-être disposez-vous de fans plus ou moins actifs, donc d’une tribu on-line. Mais qu’en est-il de Google+ ?

Soyons réalistes. Google+ est, depuis sa création (2011), la cible de nombreuses attaques plus ou moins ironiques. Certains le traitent par exemple de « réseau fantôme ». Sous prétexte qu’il n’y aurait personne sur cette plateforme. Plutôt que de me perdre dans un raisonnement trop subjectif, je vais simplement vous donner des chiffres, à l’heure où je publie cet article.

 

  • + de 500 millions de membres dans le monde (contre 903 millions pour Facebook). Google + est le second réseau social au monde en terme de membres. (Chiffres délivrés par le cabinet d’études sociales TrendStream pour le quatrième trimestre 2012).

 

  • Petit bémol pointé par les détracteurs ? Sur ces 500 milliards de membres, le réseau compterait seulement 135 millions de membres actifs. En effet, sont comptés « membres », tous les internautes utilisant un service Google… Ainsi, beaucoup de membres comptés dans les 500 millions n’ont jamais mis les pieds dans Google+. Certes. Mais Facebook utilise le même genre de procédé lorsqu’il parle de son million d’utilisateur. N’allez pas croire que ce million soit actif. Ainsi lorsque l’on aborde les chiffres… Tout est relatif.

 

Ce qu’il se passe, c’est que, comme pour chaque réseau social, le type d’audience peut varier. Certains déçus de Facebook, ou d’autres n’ayant jamais créé de profil sur la plateforme de Zuckerberg ont trouvé refuge dans Google+. Certains autres utilisateurs ont été séduits par Twitter. D’autres adoptent Tumblr ou explorent Pinterest. Mais tout ceci évolue. Les services ne sont pas figés. Ils peuvent donc séduire de nouvelles personnes, en proposant des services différents, au fil du temps…

Google+ n’est pas tant une ville fantôme que ce qu’elle parait. La communauté, si elle réagit moins, est bel et bien présente.

 

Mais mon asso peut-elle vraiment tirer parti de Google+ ?

google+ Que peut faire Google+ pour votre association ?

Relisez vos objectifs. Si Google+ vous parait être un outil intéressant à tester, et si vous avez les ressources humaines pour le faire, peut-être devriez-vous. Ne serait-ce que pour tester les 3 raisons évoquées plus haut. Mais dans tous les cas, avoir une page Google+ pour votre asso, c’est déjà prendre les devants. Protéger votre nom.

Il appartiendra toujours à votre asso de choisir ses outils, en fonction de ses objectifs. Google+ est l’un de ces outils.

De nombreuses ONG sont sur Google+. Et n’y rencontrent pas le succès qu’elles ont sur Facebook. Pour autant, elles restent actives sur Google+. Pourquoi ? Parce qu’elles y trouvent certains avantages… Et prennent le pari de l’avenir de ce réseau social. Sans ça, elles ne se donneraient pas la peine d’investir du temps et des moyens humains pour le gérer.

C’est donc à vous de décider. Prendrez-vous le pari ?

2 exemples d’ONG sur Google+ :

La croix rouge française

WWF France

Votre association utilise-t-elle Google+ ?

View Results

loading Que peut faire Google+ pour votre association ? Loading ...
photo by: visualpanic